Film-documentaire sur Bob Marley

Trente après sa disparition, la légende du reggae, Bob Marley  continue. La preuve ! Un documentaire de très bonne facture vient de lui être dédié. Marley réalisé par l’oscarisé Kevin Macdonald(Le dernier roi d’Ecosse, L’Aigle de la neuvième légion).Le film est sorti à travers le monde, depuis le 20 avril.

L'affiche du film documentaire "Marley" de Kevin Macdonald-Photo: DR

Le scénario du documentaire posthume retraçant la vie de l’une des légendes du siècle dernier, le « dieu-vivant » du reggae, Bob Marley, est passé, avant le cinéaste Kevin Macdonald, entre les mains de grands réalisateurs comme Martin Scorsese et Jonathan Demme. C’est dire de l’intérêt que suscite Bob Marley e le reggae.  Un portrait documentaire de  l’auteur mythique de titres au succès planétaire tels que Get Up Stand Up, No Woman No Cry, I Shot The Sheriff (immortalisé comme ranpe de lancement par Eric Clapton), Exodus, Survival, Zion Train ou encore Could You Beloved, Bob Marley,  le roi du reggae, disparu prématurément en 1981, à l’âge de 36 ans. Et ce,  brossé exhaustivement , à partir d’archives familiales souvent inédites et de centaines d’heures d’interviews. Non pas celui de l’icône mais de l’humain et de l’humaniste. Telle est la démarche filmique de Kevin Macdonald. Marley évoque son  enfance mouvementée, le succès, la tentative d’assassinat dont il a fait l’objet, sa philosophie, son rapport à la drogue, son engagement politique…Avec en prime des interviews-témoignages de Ziggy Marley, Cedella Marley, Rita Marley, l’épouse de Bob Marley ayant fait parties de ses fameuses choristes les I Threes, Cindy Breakspeare,  Jimmy Cliff, Lee Perry, Chris Blackwell le « tycoon » du label Island ayant découvert et propulsé le reggae et Bob Marley.

Charge émotionnelle

Kevin Macdonald a travaillé  étroitement avec la famille Marley dont plusieurs membres témoignent largement dans le film pour approcher au plus près la biographie de Bob Marley. «Beaucoup de choses ont été faites sur Bob mais ce que je trouve grand dans ce film, c’est qu’il va offrir aux gens une approche plus émotionnelle de sa vie en tant qu’homme et pas seulement en tant que légende du reggae ou personnage mythique», a expliqué son fils aîné, Ziggy, 43 ans, l’un des producteurs exécutifs du film, dans une interview. Internationalement reconnu, notamment pour son film Un jour en septembre sur la prise d’otage des athlètes israéliens aux JO de Munich, oscar du meilleur documentaire 2000, Kevin Macdonald,  a opté pour une approche très classique alternant des vidéos et photos d’archives avec des interviews face caméra, dans un récit totalement chronologique. L’ambition était d’être «le plus conventionnel possible», comme il l’a expliqué lors de sa première rencontre avec la famille Marley, pour rester collé à la réalité. La force du récit réside dans ce qui est dit par les différents acteurs de la vie de Bob Marley.

Maintenant, découvrez l’homme derrière la légende !

Le « trailer » est de Marley de Kevin Macdonald est éloquent pour les fans de la première heure et ceux de la nouvelle génération avec ces phrases subliminales : «  Vous connaissez le nom. Vous avez écouté la musique. Maintenant, découvrez l’homme derrière la légende. Par les gens qui l’ont le mieux connu ! ».  Avec son look d’empereur rasta, Bunny Wailer, l’un des derniers membres fondateurs vivants des Wailers, raconte les débuts, lorsque le groupe dont faisait également partie Peter Tosh, enregistrait ses premiers tubes, pour «trois livres la semaine». Il évoque aussi sans détour la fin de sa collaboration avec Marley en 1973.Rita, l’épouse du chanteur qui aura onze enfants de sept relations différentes – laisse deviner les ressorts de cette histoire d’amour hors normes. Musiciens, producteurs, amis, cousins, enfants, hommes politiques viennent raconter leur Bob Marley, permettant d’entrevoir quelques uns de ses ressorts intimes. Pour Macdonald, l’un des aspects les plus importants de la légende Marley réside dans son origine métisse. Ni blanc, ni noir, il s’est «toujours senti à part», dit sa femme. Bob Marley, atteint d’un cancer généralisé en mai 1981, se fait soigner, en Bavière,  par le docteur allemand Josef Issels, adepte d’une méthode de traitement alternative. Des photos noir et blanc le montrent amaigri, au milieu des chalets, dans la neige. Kevin Macdonald a retrouvé l’infirmière qui l’accompagnait à cette époque et la vieille dame raconte en allemand cet homme «toujours gentil et souriant» qui vivait ses derniers jours. À l’image de cette séquence, Marley tente de dépasser l’icône pour raconter la vie de Robert. Dans le film, on découvre la générosité et l’humilité de Bob Marley: « Ma vie est le public. Et ma vraie richesse, c’est la vie ! ». 2h24 mn de pur bonheur ! Bref, Roots, rock, reggae ! Rastafarai ! La légende continue !

BoB Marley sur scène

Bob Marley avait une passion pour le football

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s