CHEB KHALED FEAT CHEIKH BLAOUI HOUARI


 

C’est la fête à Oran ! Et triplement! La fête de la musique ( bien que tardive et anachronique), la fête nationale( 5 juillet) et la fête du retour de l’enfant prodigue pour ne pas dire prodige, terrible et de la balle  d’Oran. Cheb Khaled, le king du raï

Khaled

Khaled emporté dans les airs et racines du raï (photo: B.Souhil)

Cheb Khaled est dans la place. Et pour cause ! Il a  donné, hier soir,  un concert événement avec l’instrumentiste  et compositeur Kouider Berkane, au Théâtre de verdure Hasni Chekroune d’Oran. Un concert organisé par l’Office des arts et de la culture d’Oran. Et ce, au grand bonheur de ses fans de la première heure et de la nouvelle génération. « Ce soir, je suis avec mes amis, je suis invité chez eux, sahra…!» appliquera-t-il son aphorisme musical et festif de la chanson-titre de l’album Sahra ( soirée).

Khaled gratifiera son public en or…massif d’un duo d’enfer. Le roi du raï invitera une guest star, contre toute attente. La légende vivante du wahrani, le maître Blaoui Houari, son père spirituel. Un duet sur le titre «Zabana »-dont Blaoui Houari en est l’auteur-repris par Khaled sur le dernier album « Liberté( 2009) ». Et auparavant, la formation Raïna Raï en avait fait une reprise electro-raï sur l’album « Hagda » ( 1983). « Zabana » est un tribute(hommage) au martyr et chahid de la Révolution anti-coloniale française, Ahmed Zabana. Khaled et Blaoui Houari ont déjà chanté ensemble  le titre « H’mama » (in l’album « Ya Rayi », 2004)

Khaled, compulsera  l’album de sa vie : his…story (son histoire), filialement avec son fan-club grandeur nature. Se produire dans sa ville natale, n’a pas la même consonance ou autre ambiance des autres concerts de par le monde. Il chante devant son public at home. Donc, plus exigeant ( il peut se le permettre avec lui). Et puis, il est dans la patrie,  le port, la place et la tête de pont du raï, El Bahia.

 PLAYLIST A LA CARTE

Le public,  immanquablement, communiera, s’éclatera et battra…la pleine mesure-enfin le quart de ton-et ce, sur sa  playlist discographique de circonstance de Khaled :  « Sbabi N’tia( in « Liberté »), « Ana El Arbi », « Yamina » du maître du ch’ir el melhoun (poésie) Mostefa Benbrahim, déjà enregistré dans les années 1990 sous le label Disco Maghreb,  « Liberté », la chanson-titre de cheikha Rimitti, « El Marsam », un hit de 1981, issu du terroir, « Bakhta » du maître et prince des poètes du ch’ir el melhoun, Abdelkader El Khaldi  (celui de Mascara, pas junior de Mostaganem), du wahrani copieux, « Abdelkader Ya Boualem » du trio 1,2, 3 Soleil formé par Khaled, Rachid Taha et Faudel, l’incontournable « Trig Lycée » (la route du lycée), sorti aux éditions Anwar en 1974, alors qu’il n’avait que 14 ans-flash-back et nostalgique trompette «bellemouenne»- « Melha » (in l’album Kenza, produit par Steve Hillage), « Sahra », « Sheba » immortalisée par son alter ego et comparse Safy Boutella, sur le mythique Kutché.

Ou encore,  le truculent et «hardcore» « Hada Raïkom » – (où les filles se rebiffent et leurs liaisons dangereuses) appartenant à la pionnière du raï cheikha Rimitti, « Didi», le tube planétaire, « Ouine El Harba Ouine », une cover (reprise) de « Zwit Rwit » en kabyle du grand Idir dont les paroles en arabe sont signées Mohamed Angar, « Oueli Darek » (Retourne chez toi, in « Sahra », 1996), une destination rastafa… raï,  le hit « Aïcha » composée par le grand chanteur et compositeur français Jean-Jacques Goldman…Une fête à tout casser…la baraque ! Wah ! Wah ! Wahran !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s