Décès de Chérif Kheddam, grande figure de la chanson kabyle

Chérif Kheddam ayant innové de par une recherche rhapsodique et chorale( photo: musiquekabyle.com)

L’une des figues emblématiques de la chanson kabyle, Chérif Kheddam, l’auteur de Elemri (le miroir), est décédé, aujourd’hui, 23 janvier 2012, dans un hôpital parisien. Il était âgé de 85 ans et il était dialysé depuis une quinzaine d’année.

Chérif Kheddam est l’un des monuments de  l’histoire de la musique kabyle et algérienne. Il était auteur, compositeur et interprète. Il est  est né le 1er janvier 1927 à Ath Bou Messaoud, un village situé à Ferhounène dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Son père l’envoie d’abord à l’école française qui se trouve à 17 km de son village puis chez Cheikh Oubelkacem de la zaouïa de Boudjelil à Tazmalt dans la wilaya de Béjaia où il suivait des  cours coraniques jusqu’en 1942. Il regagne Alger pour y travailler comme journalier à l’âge de 12 ans pendant trois ans puis part en France en 1947 et s’installe à Saint-Denis puis à Epinay. Il travaille dans une fonderie puis dans une entreprise de peinture de 1947 à 1961 en prenant en parallèle des cours de solfège. Il apprend les bases de la musique orientale avec Mohamed Jamoussi et développe sa technique musicale grâce aux cours du professeur Fernand Lamy.

Elemri (le miroir)

Il commence à jouer au sein d’une troupe de musiciens dans des cafés dès 1954 en tant que chanteur. Il enregistre sa première chanson « A Yellis N’tmurtiw » qu’il compose en 1955 qui connait un certain succès grâce la diffusion du disque par la Radio-Télévision Française (RTF) et signe un contrat avec la maison Pathé-Marconi EMI en 1956.
Chérif Kheddam enregistre durant l’année 1958 ses plus belles chansons comme Nadia, Djurdjura et Khir Ajellav n’Tmurtiw. Il chante la femme kabyle, l’exil, les montagnes de Djurdjura, l’indépendance et l’amour dans une poésie subtile et sensible tout en affirmant que pour lui la musique reste plus importante que les paroles. Il compose « Alemri », un bijou musical et poétique qui devient l’une de ses célèbres œuvres éternelles.
Il rentre en Algérie en 1963 et rejoint la radio Chaîne II où il anime plusieurs émissions notamment « Ighennayen Uzekka » dans laquelle il déniche les nouveaux talents de la chanson kabyle en les conseillant et encourageant dans le choix de leur voix artistique comme Lounis Aït Menguelet, Idir, Imazighen Imula et le groupe Yougourten. Il est derrière la création de la chorale du lycée Fatma-N’soumer et la célèbre chanteuse kabyle Malika Domrane fait partie de l’une des chorales lycéennes qui ont reprit cette idée.
Il a marqué la scène musicale algérienne en général et kabyle en particulier à travers un fabuleux patrimoine poétique et musical qu’il a laissé en plus d’avoir propulsé certains jeunes talents en stars de la chanson.

 Un grand apport à la chanson kabyle

Le journaliste et musicologue, Nasreddine Baghdadi se souviendra  de Chérif Kheddam, d’un grand Monsieur de la chanson kabyle : «  Je connaissais le regretté Chérif Kheddam. Il a travaillé à la Radio nationale, à la chaîne II-d’expression kabyle-, dans les années 1970. Cherif Kheddam a été d’un très bon apport à la chanson kabyle. C’est lui qui a introduit la touche orientale et charqui dans la chanson kabyle. Et ce, en intégrant l’oûd  (le luth) ainsi la direction classique et chorale. Il évoluait avec une formation classique avec une chorale. Une démarche singulière. On reconnaît tout de suite son style et sa musique parmi tant d’autres.  C’était un chic type, un brave homme et un grand chanteur et musicien… ».

Chérif Kheddam, un certain regard sur la chanson kabyle( photo:musiquekabyle.com)

15 réflexions au sujet de « Décès de Chérif Kheddam, grande figure de la chanson kabyle »

  1. il appartient maintenant aux jeunes artistes kabyles et berbères en général de s’inspirer de l’oeuvre de ce très grand artiste, homme courageux, tarvailleur et digne.
    merci bcp cherif kheddam
    Ahmed

  2. Un artiste s’en est allé, la Kabylie pleure un fils, et quel fils !
    Un répertoire, une œuvre, une âme généreuse, qui a donné tout au long d’un demi siècle de vie, que l’on se console; les grands ne meurent jamais, ils vivent à travers leur héritage qu’ils ont légué à toutes les générations, que l’histoire s’ébranle, il a franchi son seuil à pas de géant.
    Repose en paix toi qui nous a comblé de présents.
    Que ta voix s’élève ,désormais, dans le firmament là où tu étincellera de milles feux .
    Chantre de l’amour, de l’exil et de la liberté
    Ton nom est gravé dans nos cœurs fiers de t’avoir eu pour maître .

  3. je revois cette caricature de DILEM avec un bulle assez originale  » il est le pere des chanteurs Kabyles … il doit percevoir beaucoups d allocations familiales » et voila une partie de nous qui s´en va .toutes mes condoleances a sa famille et a ses admirateurs.

  4. Le 24/01/2012 vie da cherif 1929-2012
    Un grand monument de la symphonie kabyle vient de nous quitter, triste est la nouvelle d’apprendre le deces de DA CHERIF QUE DIEU AIT SON AME, ton souvenir restera imperissable dans le coeur de tous ceux qui ont apprecier tes symphonie, tu as ete un geant de la chanson authentique kabyle, pas celle qui singe les troubadours. Ton oeuvre restera eternelle pour toujours ADDA cherif, repose en paix DA CHERIF tu resteras toujours dans nos couers et dans nos esprits et que dieu le tout puissant t’accueille en son vaste paradis.
    comme le dit un adage bien de chez nous: »Yella yiwen ulac it yella,yella wayne yelle ulac it »

  5. c’est avec un très grand regret que jai appris la triste nouvelle de la mort de notre grand célèbre auteur et interprète monsieur CHERIF KHADEM qui va laisser un grand vide culturel .je présente mes condoléance a sa plus proche famille et a tout les fans qui l’on connue et aimé .il restera toujours vivant dans nos mémoires et le patrimoine culturel Algerobèrbère.

  6. C’est une bien triste nouvelle que nous venons d’apprendre. Le départ de résonne en nous comme un cruel coup du sort. Nous garderons pour lui la même affection que nous vous envoyons aujourd’hui.

  7. Très attriste par le décès de notre idole chanteur, compositeur, chef d’orchestre da Cherif Khedam, Un monument de la chanson algérienne qui s’en va. Mes condoléance les plus sincères, a sa famille, ainsi que ses fans, je les assure en cette douloureuse circonstance de mon soutien et ma profonde compassion Que dieu tout puissant lui accorde sa sainte Miséricorde et l’accueille en son vaste paradis. A dieu nous appartenons a lui nous retournons. » yella yiwen ulac it yella yella wayne yella ulac it.Tu resteras toujours vivant dans nos cœurs et dans nos esprits Da Cherif.

  8. premierement c avec une immense tristesse que j ai appris la mort de notre idole et mythe da cherif , pour cette triste et tragique nouvelle je prie le bon dieu de l acceuillir en ce vaste paradix( ina lilah wa anna ilayhi raji3oune) reposes toi en paix da cherif et on t oubliera jamais

  9. Que DIEU ait son âme et donne Zbar à sa famille. Il nous manquera beaucoup da Chrif. Le père de la chanson kabyle. Son oeuvre restera éternelle.

  10. Un grand homme vient de partir!
    Que dieu te benisse pour ton oeuvre et ta bonté,ton souvenir restera imperissable dans nos coeurs,allah yarham assalihine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s