« Ça tourne à Alger » et à…Paris

L’Université française Paris VIII organise du 9 au 10 mars 2012 un colloque sur le film documentaire algérien basé sur une recherche de l’universitaire Khadidja Oulm et sous la direction des Professeurs Zreik et Compte.

Les réalisateurs Rachid Benallel ( à gauche), Salim Aggar et Sabrina Draoui

Le colloque débutera le vendredi 9 mars au matin par une conférence : « L’Algérie dans  le documentaire »  donnée par Mouloud Mimoun de l’association le Maghreb des films. Le premier documentaire diffusé sera  le film « Ça tourne à Alger » (54’) réalisé par Salim Aggar en 2008 et qui raconte le parcours de quatre cinéastes algériens durant la décennie noire : Malik Lakhdar Hamina, Belkacem Hadjadj et Mohamed et Yamina Chouikh. Le documentaire a été choisi justement sur la problématique de la réalisation et production du cinéma en Algérie durant cette période difficile.  Le réalisateur Salim Aggar présentera également une conférence sur  « La représentation de la femme algérienne dans le documentaire ».  Plusieurs conférences sont d’ailleurs annoncées dans le programme de  ce colloque premier du genre en France, parmi elles : « Genèse et évolution du film documentaire en Algérie » par Mohamed Bensalah. (Université d’Oran Es-sénia. Algérie),  « Les traces algériennes » par Natacha Cyrulnik. (Institut Ingémédia, Université du Sud Toulon-Var, France), « Fragments d’une mémoire collective à sauver » par Brahim Hadj Sliman. (Oran, Algérie), « Intertextualité et construction de l’identité filmique au travers du cinéma de Tariq Tequia » par Vincent Sorrel (Laboratoire GRESC, université Stendhal, Grenoble3), « Le film kabyle : un tissage savant et subtil entre fiction et documentaire ? » par Frédérique Devaux Yahi. (Université de Aix-Marseille, France), « Béjaia DOC : une expérience de pratique artistique et cinématographique » par Habiba Djahnine et enfin « Le documentaire algérien une trace patrimoniale ? » par Hafida Boulekbache. (Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis). Plusieurs documentaires sont également programmés lors de ce colloque parisien sur le documentaire algérien : « Les traces algériennes » réalisé par Natacha Cyrulnik,(2011), (France),  «L’Algérie de Gaulle et la bombe», de Larbi Benchiha, (2010), (France), « Bir d’eau » réalisé par Djamile Beloucif, (2011), (Genève. Suisse),   « Avant de franchir la ligne d’horizon », de Habiba Djahnine (2010), (Algérie),  « L’Algérie la vie quand même » réalisé par Djamila Sahraoui (2001) et «J’ai habité l’absence deux fois » de Drifa Mezaner (2011).

Une réflexion au sujet de « « Ça tourne à Alger » et à…Paris »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s