Khelifi Ahmed, le troubadour à la voix de stentor

Khelifi Ahmed, chantre de la chanson bédoui saharienne, a été inhumé lundi au cimetière de Sidi M’Hamed à Alger.  Il est   décédé dans la nuit de samedi à dimanche, à l’âge de 91 ans.  C’était un maître. Une légende. Le dernier des géants de la musique algérienne. Un troubadour, un enfant du désert aux semelles de vent… du Sud.

Khelifi Ahmed, une légende du chant bédoui saharien-Photo: Dr

Khelifi Ahmed est un monument de la chanson, pour ne pas dire de la mémoire de la musique algérienne dans sa dimension diverse et riche. Khelifi Ahmed était ce trouvère, ce ménestrel, ce troubadour qui avait immortalisé Hizia de Benguitoune, Bent Sahra, Biskra, Loghzal Eli Kan, Rabi Ya Madjid et Rani Alik N’sal  de Abderrahamene El Kacem, Galbi Fteker Arab et Zineb  de Hadj Aïssa Ibn Allel, Ya Galbi Allah  et Ya Gomri Adi Djouabi de Ayache Lamdoukani, Ya Rabana Rahim de Hadj Aïssa Benallel, La Tanssi de Habib Hachlaf, Twahacht Daoura Fi Sahara de Mohamed Ben Chaïb, Galbi Chati de Ayachi Bachir, Ya Chaâb de Amar Baki ou encore sa propre composition Youm Itafakat Laâchair. .

UN DEMI SIECLE DE CHANT BEDOUI

La ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi, a  rendu hommage au regretté Khelifi Ahmed, décédé dans la nuit de samedi à dimanche  à l’âge de 91 ans et qui était « un des plus illustres artistes algériens ». Le chantre de la chanson bédouine algérienne, le regretté Khelifi Ahmed,  était « un des plus illustres artistes algériens dont la renommée a dépassé les  frontières nationales », a souligné dimanche Mme Toumi dans un message de condoléances  à la famille du défunt.  « Grâce à des textes inspirés de la poésie populaire ancestrale, le regretté  a pu représenter à lui seul, un demi siècle durant, la chanson bédouine algérienne,  plus connue par le « yaye-yaye », a ajouté la ministre de la Culture

UNE VOIX EXCEPTIONNELLE

De son vrai nom Ahmed Abbas Ben Aïssa, Khelifi Ahmed, né à Sidi Khaled, sur les rives de l’oued Jdi (Biskra) en 1921, a fait ses premières armes, sa première émission, avec Abdelhamid Ababsa au piano. En 1949, il se lance dans la musique typique du Sud avec son fameux Aye, aye ! Puis il participe à l’émission radiophonique Khalti Tamani de Hachelaf. Khelifi est nommé la vedette de la Fête nationale à Alger. Khelifi Ahmed insistait pour que sa musique ait une consonance bédouine. Lettré, d’une grande culture et surtout possédant une voix de stentor, Khelifi Ahmed la posera sur des poésies authentiques, d’une grande profondeur, œuvres de poètes commes Benguitoune, Belkheir, Benkriou ou encore Kaddour Ben Achour. Ce qui est méritoire chez Khelifi Ahmed, c’est qu’il a modernisé le style bédoui saharien, et ce, à travers une direction orchestrale, des règles de solfège comme il l’a fait avec Skandrani, tout en lui insufflant une âme, le souffle des mots des grands poètes Benguitoune ou Mostefa Ben Brahim. Khelifi Ahmed était chef d’orchestre des émissions en langues arabe et kabyle (Elak) de la radio en 1946. El Hadj M’hamed Anka (chaâbi) était son pair.

L’EQUIVALENT DU CHEIKH HAMADA

Réagissant à la disparition de ce cheikh du bédoui sahraoui, le musicologue Nasreddine Baghdadi témoigne : «Khelifi Ahmed demeurera celui qui a modernisé le genre bédoui saharien. Il maîtrisait aussi le malouf et le chaâbi. Il avait une voix puissante, exceptionnelle. C’est l’équivalent du bédoui oranais. Il avait de la classe, de la grandeur, une stature. Il était respecté au Maroc, en Tunisie et au Moyen-Orient. Il a marqué la musique algérienne. C’est la fin d’une époque. C’était un homme exquis…». K.S./APS

Photo: Dr


11 réflexions au sujet de « Khelifi Ahmed, le troubadour à la voix de stentor »

  1. Pouvez-vous aider a identifier et retrouver le morceau ou le regrette Khlifi Ahmed chante les Ouled Nail et plus spécifiquement Cheikh el-Missoum de Ksar el-Boukhari …

    Merci beaucoup.

  2. Je le voyais en burnous chantant Galbi tfakar ourbane rahala, Quelle était belle cette époque. l’époque des nomades transhumants vers le nord à dos de chameau et des troupeaux à pertes de vue. A travers Khelifi Ahmed je voyais une époque qui remonte à 60 années et plus. Allah yarhamou et mes sincères condoléances à sa famille.

  3. Un grand maître de la chanson algérienne et particulièrement la chanson bédouine ,il fait parti des grands qui ont su donner à la chanson algérienne entre autres EL HADJ ANKA ET AHMED WAHBI une renommée par leur style de musique qui rassemble tout les algériens,en chantant
    l’ALGERIE,sa beauté,son histoire,l’amour et rien d’autre que pour leur Pays et son peuple qui se reconnait en eux, que dieu ai son âme et toutes mes condoléances pour le peuple algérien.

  4. allah yerhmou .Mes sincères condoléances ,oua sabr à toute sa famille et ses proches.
    Si ma défunte tante allah yerhamha serait encore en vie je ne sais pas ce qu’il lui serait arrivée .

  5. c’est le maitre incontesté de la chanson bédouine combien de chanteurs ont essayé de l’imiter malheureusement aucune personne na pu l’égalé le rossignol des hauts plateau vivra parmi nous par l’intermédiaire de ses chansons repose en paix si Ahmed

  6. Incontestablement un grand artiste,compositeur,musicien et interpréte ! Ses fans et ses adeptes sont orphelins de ce grand chanteur de l Algérie profonde ! On ne pourra jamais oublier « Eye Eye » et sa voix puissante et chaude lancée de l Algérie profonde ! Avec ses beaux habits tradionnels ,il a toujours sillonné les villes et villages de son pays pour apporter cette poésie de son peuple,la chanson « El Melhoun » . Le regretté Khelifi Ahmedá traversé plusieurs générations et était admiré dans toutes les régions de pays de Novembre 54 et des martyrs de la démocratie,aussi bien le pays de Hasni,Hadj el Anka,Maatoub,Cheikha Remitti,Ali Maachi,Guerrouabi, Fadila Dziria….. et toutes ces personalités de la culture et de la chanson algérienne qui ont porté haut l image de marque de leur pays !

  7. Guelbi tfakar orban rahala,ou quand le Sahara D’Algérie ne peut cacher ce que la voix de KHELIFI AHMED saura livrer.ET RIEN N’EST BEAU COMME LE SAHARA DE Guelbi tfakar orban rahala.CAR LA VOIX DE KHELIFI AHMED Y était DE CE QUI RESSEMBLE LE PLUS à l’âme du désert Algérien.UNE VOIX LYRIQUE BÉDOUINE SOUS UNE OASIS, QUI RAPPELLE LES VOCALES PUISSANTES,AGILES ET DRAMATIQUES DE SONORITÉ ;ET QUI LE TEMPS D’UN A CAPPELLA ROMANTIQUE CONFLUE DANS LE TEMPO DE L’UNIVERSALITÉ MUSICALE DE WAGNER ET DE RICHARD STRAUSS. OUI ,KHELIFI AHMED EST LE HELDENTENOR Algérien oui,c’est un ténor dramatique à voix puissante et endurante ;TOUT COMME C’EST AUSSI LE CAS DANS LE le répertoire Wagnérien avec Parsifal, ou avec Turandot de Puccini ou Otello de Verdi. OUI, J’OSE LE DIRE, LE TIMBRE VOCAL ET MAGNIFIQUE DE LA HAUTE-CONTRE DE KHELIFI AHMED DEPUIS SON SAHARA ORIGINEL ME RAPPELLE AURITZ MELCHIOR ET JON VICKERS.CAR OUI, Le ténor lyrique bédouin KHELIFI AHMED est doté d’un timbre riche, qui exalte la Beauté à travers une ligne vocale puissante et pressante sur l’intensité dramatique du désert ;et qui nous renvoie à l’immensité spatio-temporelle de notre SAHARA tout comme un Luciano Pavarotti ou un Roberto Alagna depuis une autre confluence de creuset .OUI, AVEC KHELIFI AHMED La voix du SAHARA parle à l’âme.AVEC LUI, Le contact du désert est sensuel, et enlace le corps dans une douce et secrète étreinte.ET TENEZ-VOUS MES AMIS à distance de celui qui n’aime pas la voix d’un KHELIFI AHMED CAR VOYEZ-VOUS :
    Les oreilles sont le chemin par lequel la voix s’en vient jusqu’au coeur de la romance d’une tente,que dis-je,d’un terroir et dans lesquels tout s’accorde : le regard, la voix et l’attitude.ET RIEN QUE POUR CELA ô feu MONSIEUR KHELIFI AHMED (que dieu ait votre âme): VOTRE VOIX SERA PLUS FORTE DANS LA CONSCIENCE ARTISTIQUE ET DANS L’HONNEUR DES Algériens que les boyaux destructeurs de notre pays .OUI, sur ce registe KHELIFI AHMED AVAIT RAISON,DENIS DIDEROT était dans une bribe de tort.ET C’EST Signé MOURAD QUI VOUS REGRETTE ô feu KHELIFI AHMED!SUR UN TON DE TRISTESSE D’UN AYE AYE AYE FIH GUELBI TFAKAR ORBAN RAHALA.
    قلبي تفكر بلدا فيه رجال مبدعون من طينتك سيدي بصوت فيه عذوبة الواحات وهو في جمال الفن و في شرف حب الرجال و النساء رخيم تحت خيمة صحراء الجزائر

  8. Ali Mazouzi.
    La perte de ce très grand maître de la chanson bedouine est incommensurable et risquera de laisser un grand vide difficile à combler.
    Je prie Dieu Tout Puissant de lui accorder sa miséricorde et l’acceuillir dans son vaste paradis Ihchallah.
    Mes sincères et profondes condéleances à toute sa famille et à tout ceux qui l’ont aimé de près ou de loin comme je le fus.

  9. Il rejoindra ces freres Kabyles,partis recemment, au paradis incha allah.
    Que dieu benisse tout ceux qui ont fait du bien a cette d’Algerie.
    Mes sinceres condoleances a sa famille et à tous ceux qui l’aime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s