Les papys du rock font de la résistance

Ils ont l’âge de la retraite, les cheveux gris ou teints et des fans vieillissants, mais les vétérans du rock et de la pop sont loin d’avoir tous raccroché leur guitare, entretenant la flamme à coups de reprises, d’annonce de reconstitution de groupes dissous ou de tournées.   

Rolling Stones, une nouveau bain de jouvance-Photo:Dr-

La liste est longue de ces légendes des années 60, 70 ou 80 bien décidées à   occuper toujours le terrain, malgré des rancunes parfois tenaces au sein des   groupes.  A commencer par les incontournables Rolling Stones que leurs dissensions   n’ont pas empêché d’annoncer la sortie d’un nouvel album mi-novembre reprenant   leurs grands succès et deux nouveaux titres, leur premier enregistrement commun   depuis sept ans. « Oui, je rocke encore! Et tout va bien », a lancé Mick Jagger en célébrant   leur 50e anniversaire, lui qui leur donnait en 1963 un ou deux ans à vivre…Les membres fondateurs des Beach Boys, qui n’avaient plus joué ensemble   depuis 20 ans, ont aussi ressorti leurs chemises barriolées et enterré la hache   de guerre, le temps d’un album et d’une tournée à 70 ans biens sonnés. 

 « I hope I die before I get old »

Roger Daltrey, chanteur des Who: ‘Free me, anyhow…! »-Photo:Dr-

Les Who avaient beau chanter en 1965 « I hope I die before I get old » (j’espère mourir avant d’être vieux), Roger Daltrey et Pete Townshend, les deux   seuls survivants du groupe, repartent en tournée en novembre en Amérique du   Nord, à respectivement 68 et 67 ans.     Iggy Pop a l’âge d’être grand-père mais il continue à exhiber avec   enthousiasme son torse noueux en concert. Quant à Bob Dylan, il vient de fêter   un demi-siècle de carrière avec « Tempest », un album salué par la critique.  Cette longévité, « c’est la combinaison de plusieurs facteurs », explique   Scott Rowley, rédacteur en chef de Classic Rock Magazine à Londres: « un réel   appétit du public pour la musique live, des gens qui ont toujours rêvé de voir   ces artistes légendaires sur scène. Du coup, on ne leur a jamais offert autant  d’argent pour se produire. Sans compter qu’avec le téléchargement sur internet,   ils ne touchent plus les grosses royalties qu’ils tiraient avant de la vente de   leurs albums« .   

 « Le fric, c’est chic ! »

 « Les groupes ont beau se draper dans le discours: on a envie de rejouer  ensemble, c’est dans 99% pour des raisons financières » qu’ils remontent sur  scène, confirme Jean-Daniel Beauvallet, rédacteur en chef musique des  Inrockuptibles. D’autant que certains sont habitués à un luxueux train de vie.  Poussé par des déboires financiers, Leonard Cohen a dû aussi reprendre son  bâton de pèlerin. A 78 ans, costume noir et feutre sur la tête, il continue à   parcourir le monde et à faire le plein de fans: face à l’affluence cet été à   Londres, les organisateurs ont dû changer de salle.  Les groupies des légendes du rock ont vieilli avec elles et leurs concerts   sont souvent l’occasion de sorties en famille, bien loin du temps où leur   musique était l’étendard d’une jeunesse en rébellion. Car leurs enfants ont   redécouvert leur musique via internet.   

 Une seconde jeunesse

 « Aujourd’hui, les gamins s’en fichent de savoir à quelle époque jouait un   groupe. Sur leur Ipod, ils passent d’un morceau actuel à un morceau d’il y a 50   ans, sans sourciller », note Jean-Daniel Beauvallet. « Ces rockers appartiennent aussi à une génération « qui s’est formée dans le  culte de la jeunesse », rappelle Thomas Sotinel, critique au journal français Le   Monde. « Les baby-boomers continuent d’aduler les idoles de leur jeunesse et  croient eux-mêmes être toujours jeunes ».  Reste que ces icônes « étaient de grands musiciens qui aimaient la scène et   que ces sentiments ne disparaissent pas forcément avec l’âge », note un   porte-parole du distributeur de musique HMV, Gennaro Castaldo.  « Personne ne pense que les écrivains doivent arrêter d’écrire quand ils   deviennent vieux, ou qu’il faut arrêter de lire Hemingway parce qu’il y a d’autres livres qui ont été écrits depuis », renchérit Scott Rowley.  AFP

Dylan and Knopfler deliver one-two punch in Regina

In front of a surprisingly medium-sized crowd at Evraz Place’s Brandt Centre, legendary troubadour Bob Dylan brought his Never Ending Tour to Regina on Saturday evening. The evening, which began with a phenomenal performance by former Dire Straits frontman Mark Knopfler, was relatively more subdued compared to Dylan’s last performance here in November 2008.

Mark Knopffer and his pal, Bob Dylan-Photo:All Rights reserved-

Noticeably more spry than his last run through, Dylan wore his customary Spanish cowboy hat, a black blazer, white shirt, and black trousers with a large pinstripe running down the outside of each leg. Coming out to a cavalcade of flashing spotlights and launching straight into Watching the River Flow, the 71-year old alternated between playing piano, harmonica, and guitar during his 15-song set list.

With a less extravagant stage setup then last time, camera-style spotlights surrounded the sides and back of the stage in a crescent-shaped layout giving the stage a living room feel during the Dylan set. Unfortunately, from certain perspectives, the superstar balladeer was barely visible during much of the performance when using his piano due to the placement of it and the side monitors.

Musically, Dylan’s band was great alternating between boogie-woogie, blues, folk and rock & roll rather seamlessly. While many of the songs were different from the last show, others like All Along the Watchtower and Like a Rolling Stone were performed again but in a completely different style that made them quite unique. Never known for clear annunciation, the famed songwriter has become even more unintelligible with age making it difficult for all but the most ardent fans to understand the lyrics being sung. For casual fans, you can’t help but feel excited to be in the same room as the acclaimed musician yet periodically chuckling while trying to decipher what’s being sung.

Opening the evening, Knopfler also had a slight case of the mumbles during the odd song, though he was infinitely more understandable throughout. Best known for fronting the Dire Straits, the 63-year old made it incredibly difficult for Dylan to follow him, regardless of status. With a large catalogue of solo material, Knopfler brought a decidedly Celtic feel to the Brandt Centre was somewhat empty when he took the stage at 7:30 p.m. The upper bowl of the arena was empty save for the odd smattering of concertgoers, while the lower ring had some noticeable gaps as well. While the floor was full, and the lower bowl mostly filled up by the end of the night, it was somewhat surprising to see a considerably smaller audience than Dylan’s last time through.

For those expecting Knopfler to perform Dire Straits tunes, the singer/guitarist’s incredible performance and that of his flawless 7-piece backing band likely resulted in muted disappointment. What was most striking was the versatility of Knopfler’s band as various members alternated instruments during his 12-song set using flutes, fiddles, standup bass, and lap steel in addition to typical instruments. Interestingly, one of his musicians even used uilleann pipes, which are a type of Gaelic bagpipe, giving the show a kind of Cape Breton-y feel.

Near the outset of the show Knopfler addressed the audience noting, “We were actually out with Bob in Europe for a couple months and good time was had by all. I think this will be a repeat of that.” Sure enough, the evening was a great night, though for many of the non-Dylan diehards it was Knopfler who truly stole the show. In http://www.thestarphoenix.com

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s